glycemic control in type 2 diabetes

đŸ”„+ glycemic control in type 2 diabetes 30 May 2020 1) simulates patients with type 2 diabetes from diagnosis to death (18), including the occurrence of macrovascular complications (stroke, transient ischemic ...

glycemic control in type 2 diabetes Consistently testing and tracking the blood sugar levels that you and your doctor have agreed on can tell you how well your type 2 diabetes plan is working. Your ...

is home-made split pea soup ok for type 2 diabetes
for 1 last update 30 May 2020
SĂ©lectionner une page

glycemic control in type 2 diabetes lab values (☑ pancreas) | glycemic control in type 2 diabetes vaccinehow to glycemic control in type 2 diabetes for Pr. Normand Mousseau, Ph.D.Professeur de physique Ă  l’UniversitĂ© de MontrĂ©al, titulaire de la Chaire de recherche de l’UdeM sur les matĂ©riaux complexes, l’énergie et les ressources naturelles et directeur acadĂ©mique de l’Institut de l’énergie Trottier.20 avril 2017

Le diabĂšte de type 2 est sans contredit une des plus graves consĂ©quences du surpoids.  Avec la progression constante de l’obĂ©sitĂ© Ă  l’échelle mondiale, l’International Diabetes Foundation estime que 415 millions d’adultes sont actuellement atteints de diabĂšte, tandis que 318 millions sont « prĂ©diabĂ©tiques », c’est-Ă -dire prĂ©sentent une intolĂ©rance chronique au glucose qui les expose Ă  un risque Ă©levĂ© de dĂ©velopper Ă©ventuellement la maladie. Cette situation est trĂšs prĂ©occupante, car le diabĂšte fait vieillir prĂ©maturĂ©ment les vaisseaux sanguins et augmente considĂ©rablement le risque de maladies cardiovasculaires.

On considĂšre gĂ©nĂ©ralement que le diabĂšte de type 2 est une maladie chronique irrĂ©versible, dont on ne peut espĂ©rer guĂ©rir, et que la seule option thĂ©rapeutique demeure de limiter les dĂ©gĂąts causĂ©s par l’hyperglycĂ©mie. Dans ce tĂ©moignage, Normand Mousseau, professeur de physique Ă  l’UniversitĂ© de MontrĂ©al,  montre que ce n’est pas le cas et que des changements draconniens au mode de vie qui entrainent une perte importante de poids, peuvent ĂȘtre suffisants pour renormaliser la glycĂ©mie et faire complĂštement disparaĂźtre le diabĂšte, et ce sans intervention mĂ©dicale ou pharmacologique. Il s’agit d’un exemple spectaculaire de l’immense potentiel du mode de vie pour non seulement prĂ©venir, mais aussi guĂ©rir certaines maladies qui dĂ©coulent du surpoids. 

J’ai reçu mon diagnostic de diabĂšte de type 2 il y a quatre ans, en mai 2013. Suite Ă  une infection qui ne guĂ©rissait pas, j’étais allĂ© voir un mĂ©decin. À 46 ans, je n’avais pas de mĂ©decin de famille et je n’avais pas passĂ© d’examen mĂ©dical depuis longtemps. En effet, malgrĂ© un surpoids important — je pesais alors 230 livres (104 kg), pour une taille de 5’11’’ (180 cm) —, je me pensais en bonne santĂ©.

Quelques jours aprĂšs une prise de sang recommandĂ©e par mon mĂ©decin, celui-ci m’a annoncĂ© la mauvaise nouvelle: mon taux de glucose sanguin Ă  jeun dĂ©passait le 14 mmol/l, deux fois le seuil pour un diabĂ©tique. Lorsque je lui ai demandĂ© ce que je pouvais faire pour guĂ©rir, il m’a rĂ©pondu que le diabĂšte de type 2 est une maladie chronique et dĂ©gĂ©nĂ©rative. Tout ce que je pouvais faire Ă©tait de ralentir sa progression et de limiter ses effets en couplant la mĂ©dication Ă  une perte de poids, une meilleure alimentation et un peu d’exercice physique.

Cette nouvelle m’a frappĂ© de plein fouet: le diabĂšte de type 2 est une maladie terrible et sournoise, qui affecte la qualitĂ© de vie et provoque mĂȘme la mort.

J’ai donc dĂ©cidĂ©, dĂšs que j’ai reçu mon diagnostic, de changer mon mode de vie. Tout en prenant 500, puis 850 mg de metformine deux fois par jour, j’ai coupĂ© le sucre, j’ai ajoutĂ© beaucoup de lĂ©gumes Ă  mon alimentation et je me suis mis Ă  la course. J’ai Ă©galement appris Ă  utiliser un glucomĂštre et Ă  suivre l’évolution quotidienne de ma glycĂ©mie, redoutant chaque jour de voir celle-ci dĂ©passer les seuils acceptables.

Mon changement d’habitudes de vie m’a permis de perdre assez rapidement une trentaine de livres. À la fin 2013, je pouvais courir 5 à 7 km deux ou trois fois par semaine, et for 1 last update 30 May 2020 mon poids oscillait autour de 195 livres. Mon diabùte se maintenait, toutefois. Avec la certitude que cette maladie progresserait et que tous mes efforts ne mùneraient pas à grand-chose.Mon changement d’habitudes de vie m’a permis de perdre assez rapidement une trentaine de livres. À la fin 2013, je pouvais courir 5 à 7 km deux ou trois fois par semaine, et mon poids oscillait autour de 195 livres. Mon diabùte se maintenait, toutefois. Avec la certitude que cette maladie progresserait et que tous mes efforts ne mùneraient pas à grand-chose.

Finalement, presque un an aprĂšs mon diagnostic, en avril 2014, j’ai dĂ©cidĂ© de revenir Ă  la charge et de vĂ©rifier, par moi-mĂȘme, si le diabĂšte de type 2 Ă©tait rĂ©ellement une maladie chronique. AprĂšs quelques jours de recherche dans les revues mĂ©dicales et sur internet, entre les fausses promesses et les demi-vĂ©ritĂ©s, j’ai trouvĂ© une nouvelle qui semblait crĂ©dible et qui confirmait que oui, le diabĂšte de type 2 peut ĂȘtre guĂ©ri!

La cure proposĂ©e par le professeur Roy Taylor de l’UniversitĂ© de Lancaster au Royaume-Uni est d’une simplicitĂ© Ă  faire peur: il faut perdre du poids, gĂ©nĂ©ralement beaucoup et probablement rapidement.

Taylor s’appuie sur trois sĂ©ries de rĂ©sultats dont certains remontent Ă  plus d’une cinquantaine d’annĂ©es:

  • Tout d’abord, on sait depuis le milieu des annĂ©es 1970 qu’une fraction importante des diabĂ©tiques de type 2 qui subissent une opĂ©ration bariatrique visant Ă  rĂ©duire la taille de l’estomac et Ă  faciliter la perte de poids guĂ©rissent du diabĂšte; la maladie n’est donc pas irrĂ©versible;
  • Ensuite, on sait depuis une vingtaine d’annĂ©es que les cellules bĂȘta du pancrĂ©as, responsables de la production de l’insuline, sont trĂšs sensibles Ă  la prĂ©sence de molĂ©cules de graisse;
  • Finalement, grĂące Ă  l’imagerie magnĂ©tique, on a pu constater que mĂȘme dans un groupe de gens qui ont un poids normal, certains individus diabĂ©tiques montrent une prĂ©sence de graisse supĂ©rieure Ă  la moyenne dans les organes internes.

À partir de ces travaux, Taylor a conclu que la prĂ©sence de graisse dans les organes internes est toxique pour le pancrĂ©as et qu’en rĂ©duisant celle-ci, il est possible de permettre Ă  cet organe de fonctionner Ă  nouveau normalement. Il a donc mis au point une approche qu’il a testĂ©e sur 13 individus diabĂ©tiques et en surpoids: pendant deux mois, ceux-ci ont adoptĂ© une diĂšte Ă  trĂšs faible teneur en calories, 600 Ă  700 Calories par jour. MalgrĂ© la petite taille de l’étude, les rĂ©sultats, publiĂ©s en 2011, sont renversants: la majoritĂ© des participants prĂ©sente une glycĂ©mie sous le seuil du diabĂšte et a rĂ©ussi Ă  maintenir cette glycĂ©mie normale trois mois aprĂšs la fin de l’étude. Dans un article de revue publiĂ© un peu aprĂšs, Taylor raconte que son approche fonctionne Ă©galement pour des gens sous the 1 last update 30 May 2020 insuline.À partir de ces travaux, Taylor a conclu que la prĂ©sence de graisse dans les organes internes est toxique pour le pancrĂ©as et qu’en rĂ©duisant celle-ci, il est possible de permettre Ă  cet organe de fonctionner Ă  nouveau normalement. Il a donc mis au point une approche qu’il a testĂ©e sur 13 individus diabĂ©tiques et en surpoids: pendant deux mois, ceux-ci ont adoptĂ© une diĂšte Ă  trĂšs faible teneur en calories, 600 Ă  700 Calories par jour. MalgrĂ© la petite taille de l’étude, les rĂ©sultats, publiĂ©s en 2011, sont renversants: la majoritĂ© des participants prĂ©sente une glycĂ©mie sous le seuil du diabĂšte et a rĂ©ussi Ă  maintenir cette glycĂ©mie normale trois mois aprĂšs la fin de l’étude. Dans un article de revue publiĂ© un peu aprĂšs, Taylor raconte que son approche fonctionne Ă©galement pour des gens sous insuline.

J’étais abasourdi Ă  la lecture de ces recherches. Est-ce qu’une solution aussi simple pouvait vraiment fonctionner?

glycemic control in type 2 diabetes born (👍 kids) | glycemic control in type 2 diabetes vegetarian diethow to glycemic control in type 2 diabetes for Puisque je n’avais pas grand Ă  chose Ă  perdre Ă  tester l’approche, sauf un peu de poids, je me suis donc mis Ă  la diĂšte Ă  trĂšs faible teneur en calories, adoptant une approche en alternant les Ă©tapes:

  • une diĂšte Ă  600 calories durant 8 Ă  10 jours, mangeant un minimum de 200 g de lĂ©gumes et buvant 2 litres d’eau chaque jour
  • trois semaines avec une diĂšte plus raisonnable Ă  1500 calories.

À la fin de ma troisiĂšme pĂ©riode Ă  600 calories, en aoĂ»t 2014, j’avais atteint un poids de 165 livres, perdant 30 livres environ, et j’étais complĂštement guĂ©ri, avec une glycĂ©mie Ă  jeun d’à peu prĂšs 5,8 mmol/l, sans aucun mĂ©dicament. Un an plus tard, en octobre 2015, avec un poids stabilisĂ© Ă  170 livres, mon HbA1c Ă©tait Ă  5,1 % et ma glycĂ©mie Ă  5,7 mmol/l.

Presque trois ans aprĂšs la fin de ma cure, je mange normalement, tout en surveillant mon poids, je cours 3 fois par semaine de 8 Ă  10 km et je maintiens ma glycĂ©mie Ă  jeun autour de 5,7 mmol/l. Bien sĂ»r, je reste susceptible de dĂ©velopper Ă  nouveau le diabĂšte de type 2 – ma prĂ©disposition gĂ©nĂ©tique ne s’est pas envolĂ©e! – et si je reprenais du poids, il est trĂšs probable qu’aprĂšs quelque temps, mon pancrĂ©as se remette Ă  me faire dĂ©faut. Pour autant, je ne suis plus diabĂ©tique et c’est un grand soulagement.

Depuis la publication de mon livre, l’annĂ©e derniĂšre, j’ai reçu de trĂšs nombreux tĂ©moignages de gens de tout Ăąge qui m’ont dit qu’ils avaient aussi rĂ©ussi Ă  vaincre leur diabĂšte de type 2 en suivant ce rĂ©gime. Certains m’ont Ă©crit que leur mĂ©decin n’en revenait tout simplement pas. Tous m’ont dit que for 1 last update 30 May 2020 leur vie en avait Ă©tĂ© changĂ©e.Depuis la publication de mon livre, l’annĂ©e derniĂšre, j’ai reçu de trĂšs nombreux tĂ©moignages de gens de tout Ăąge qui m’ont dit qu’ils avaient aussi rĂ©ussi Ă  vaincre leur diabĂšte de type 2 en suivant ce rĂ©gime. Certains m’ont Ă©crit que leur mĂ©decin n’en revenait tout simplement pas. Tous m’ont dit que leur vie en avait Ă©tĂ© changĂ©e.

MalgrĂ© sa simplicitĂ©, cette cure n’est pas facile: perdre du poids demande un effort important; ne pas le regagner exige une volontĂ© de fer et un changement profond de ses habitudes de vie. L’effort en vaut la peine, toutefois, car le diabĂšte de type 2 est une maladie dĂ©vastatrice qui diminue grandement notre qualitĂ© de vie. Il n’y a donc aucune raison de ne pas s’y mettre dĂšs aujourd’hui!

glycemic control in type 2 diabetes fruits (⭐ warning signs) | glycemic control in type 2 diabetes genehow to glycemic control in type 2 diabetes for Normand Mousseau

Professeur de physique, Université de Montréal

Auteur du livre “Comment se dĂ©barrasser du diabĂšte de type 2 sans chirurgie ni mĂ©dicament”, Éditions du BorĂ©al (2016).

Références:

Lim, E. L., K. G. Hollingsworth, B. S. Aribisala, M. J. Chen, J. C. Mathers and R. Taylor (2011). « Reversal of type 2 diabetes: normalisation of beta cell function in association with decreased pancreas and liver triacylglycerol. » Diabetologia 54(10): 2506-2514.

Taylor, R. (2013). « Banting Memorial lecture 2012: reversing the twin cycles of type 2 diabetes. » Diabet Med 30(3): 267-275.

glycemic control in type 2 diabetes treatment without medication (đŸ”„ coronavirus risk) | glycemic control in type 2 diabetes therapeutic procedureshow to glycemic control in type 2 diabetes for Tham, C. J., N. Howes and C. W. le Roux (2014). « The role of bariatric surgery in the treatment of diabetes. » Therapeutic Advances in Chronic Disease T5: 149-157.